Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 14:46

Je me suis souvent demandé si les choses auraient été différentes si j'avais eu mes enfants avant de basculer dans la trentaine. Peut-être aurais-je été plus compréhensive ? Peut-être aurais-je supporté plus de choses et ressenti moins violemment cette fatigue que je porte désormais comme une seconde peau ? Peut-être aurais-je moins pris les choses à coeur, aussi ?

 

Peut-être.

 

En ce moment, je suis en train de lire un livre* qui me trouble beaucoup. Parce que ce roman, c'est moi qui aurait pu l'écrire. Les pensées pas toujours politiquement correctes d'une Mère de deux petites filles, son cheminement dans son nouveau rôle, ses doutes, ses limites, ses trop-pleins, ses sentiments exacerbés.

 

Difficile de vous faire comprendre à quel point c'est à la fois effrayant et réjouissant de voir couchés sur du papier des mots mille fois pensés, des questions mille fois posées. Et cette sensation fugace mais pourtant bien présente de ne pas vraiment être à sa place, dans cette enveloppe de Maman bienveillante, présente, responsable.

 

Toujours est-il qu'une petite phrase somme toute anodine dans le livre a entraîné chez moi une prise de conscience qui m'a permis de réaliser une chose. Je vous la livre, et je vous explique :

"Un jour, à une amie qui lui dit qu'elle est épuisée, elle répond qu'elles ont toutes deux fait leurs enfants trop tard, qu'elles n'ont plus assez d'endurance, mais l'autre n'est pas de cet avis. Elle ne regrette pas d'avoir dansé sur les tables, des nuits entières, jusqu'à plus de trente ans.

Elle aurait pu danser sur les tables après les avoir eus ?

- Non, c'est impossible, car pour danser sur les tables, il faut de l'insouciance, et les enfants, ça tue l'insouciance."

 

Ce n'est pas la fin de l'insouciance qui m'a fait réfléchir. Parce que c'est comme ça : on a beau se dire le contraire, il est impossible une fois qu'on est devenu parent de ne jamais avoir de craintes. Pour soit, pour son enfant. Pour le présent, pour l'avenir. On s'y fait, et finalement on oublie même ce que c'est que de vivre dans l'insouciance.

 

Non, ce qui m'a troublée, c'est cette image d'une jeune femme dansant sur une table. Qui aurait pu être moi, il n'y a pas si longtemps. Et qui pourrait encore être moi aujourd'hui ou demain, si un petit élément n'avait pas tristement disparu de notre quotidien.

 

La fantaisie.

 

Vous savez, ce petit je ne sais quoi qui donne le sourire et l'envie d'avancer. Ce petit grain de folie emprunt de légèreté et d'humour.

 

La fantaisie pour moi, ce n'est pas de mettre des chaussettes dépareillées, des sandales en plein hiver, d'avoir les cheveux rouges ou les ongles couleur d'arc-en-ciel. Je vous parle d'un autre type de fantaisie, celle qui donne au quotidien un peu terne une touche de couleur, et l'envie d'avoir envie.

 

Notre vie ne manque pourtant pas de gaieté, de moments joyeux, ou d'éclats de rire. Et encore moins d'amour.

 

Mais je ne peux pas dire que je m'amuse. Je joue avec mes enfants, mais j'y prends un plaisir qui s'apparente plus à la satisfaction du devoir accompli. Je suis pleinement heureuse d'être avec eux, tout en rêvant d'un ailleurs.

 

La spontanéité n'a plus sa place chez nous. Les décisions irraisonnées de dernière minute ont laissé place aux plans sur la comète, aux listes de choses à ne pas oublier, aux rendez-vous programmés des mois à l'avance même et surtout quand il s'agit de passer de bons moments entre adultes.

 

Nous étions un Homme et une Femme qui s'aimaient. Nous sommes devenus un Papa et une Maman qui aiment leurs enfants plus que tout.

 

Et qui, parfois, se souviennent pourquoi ils sont là, tous les deux.

 

La fatigue, le manque de temps, la course folle qu'est devenue notre vie font que nous ne vivons plus que pour être au service de nos enfants. Nous parlons enfants, pensons enfants, respirons enfants, en oubliant de respirer aussi pour nous-mêmes.

 

Au fil des mois, la petite étincelle qui nous faisait nous sentir encore un peu vivants en tant qu'individus à part entière a fini par s'éteindre. J'en suis en grande partie responsable, empêtrée dans un chagrin que je croyais révolu mais qui est réapparu plus fort que jamais.

 

Mais je suis sûre qu'il suffit de pas grand chose. Que ce qui nous faisait avoir ces regards en coin et ces fous-rire complices n'est pas loin, qu'il nous attend, prêt à ressurgir.

 

Que toute la fantaisie qu'il y avait entre nous n'a pas disparu, mais qu'il faut peut-être prendre sur nous pour l'aider à se manifester de nouveau.

 

Parce qu'un peu de légèreté, ce n'est pas de l'insouciance, c'est juste du bonheur de vivre.

 

http://data.whicdn.com/images/47700427/dirty-dancing_large.jpg

 

* "Mère Agitée" de Nathalie Azoulai, Editions du Seuil.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

FleurDeMenthe 15/04/2013 13:28

Je lis ton article, et je me dis que je devrais encore attendre avant d'avoir des enfants... J'ai peur de perdre des choses qui n'existent pas. Nous ne sommes pas des fêtards jusqu'à pas d'heure,
mais on court tous les deux, souvent l'un sans l'autre, à faire mille choses à la fois, et se retrouver un jour de la semaine en pensant ne pas s'être vus depuis des jours entiers... J'ai peur de
perdre nos indépendances respectives et notre bonheur de tous les deux...
Pourtant, souvent, un enfant m'apparaît comme une décision logique, normale, une décision d'amour... Mais alors que j'en parlais pendant des heures (oui, pas vraiment, mais presque) avant, je suis
en train de faire marche arrière. Et on article reflète exactement ce qui me fait reculer...
Je suis sûre qu'une famille peut être animée de fantaisie... Il vous suffit peut être de trouver le bon crédo ? Et si tu décidais un truc fou, là tout de suite ?

Pour l'anecdote : je mets des chaussettes dépareillées tous les jours ;)

malise 15/04/2013 16:56



Hé hé, les chaussettes, bravo!


Je vais te dire la vérité : je ne regrette pas, mais pas du tout d'être leur Maman. Je crois que je n'ai jamais été aussi heureuse et épanouie que depuis que je suis Maman. Les enfants sont
géniaux, vraiment. Spontannés, affectueux. Ils donnent, mais ne demandent rien volontairement en échange. Grâce à eux, je fais le plein de tendresse, de rires, chaque jour. Mais c'est le
quotidien qui est usant, parce bien sûr tout n'est pas facile. Ils grandissent, et veulent s'affirmer, et nous nous voulons nous affirmer contre eux. C'est le juste équilibre qui est difficile à
trouver, et continuer d'exister en tant qu'individu malgré tout. Et puis le couple, aussi, qui doit faire face à beaucoup de difficultés. Alors parfois je vois mon homme comme mon ennemi, et plus
souvent encore je le regarde et je me rappelle pourquoi nous en sommes là ... Le truc fou, le gros truc fou à vrai dire, nous l'avons déjà décidé il y a quelques semaines : des vacances à 4 loin,
très loin!


Merci Julie, je suis ravie de te savoir ici ...



Calou 16 12/04/2013 19:30

La fantaisie a disparu, mais a fait place à ce qu'on appelle la "maturité", et sûrement que l'un et l'autre ne cohabitent pas parfaitement ! Avec l'arrivée de tes enfants, une page a été tournée,
ce que tu faisais avant de "fantaisiste et spontané" n'est plus possible car il faut compter avec Loulou et Loulette.. L'insouciance n'est plus permise avec les enfants...
Quand on devient adulte, on regrette l'insouciance de son enfance et de son adolescence et c'est ce qui t'arrive en ce moment.Il semble que tu as du mal à faire grandir la part d'adolescente qui
est encore en toi , mais il suffit de lire tes précédents billets pour comprendre pourquoi..
Quoi qu'il en soit, ne laissez pas Papa et Maman grignoter votre couple, préservez vous des moments à 2 quand c'est possible, et n'oubliez pas qu'un jour vos poussins quitteront leur nid ... C'est
pas demain la veille, je sais, mais çà vient trés vite !

malise 15/04/2013 09:50



C'est donc ça qu'il me faut admettre : que maturité et spontanéité ne peuvent pas cohabiter ? Ah mais non, je ne veux pas moi!  En même temps, vu la logistique qu'il y a avec 2 enfants, il
faut peut-être juste que je me dise que la spontanéité peut prendre un peu plus de temps (et de place!) Bisous Calou,
merci pour ton message ♥



Paula 12/04/2013 13:57

Le fait que tu en ai conscience prouve que tu as envie de faire bouger les choses. Tu vas y arriver

malise 12/04/2013 15:12



Merci Paula! Pour ce message, et pour être passée ici ♥


Tu as raison, y'a plus qu'à !!!



Ptisa 12/04/2013 13:12

je me souviens avoir lu ce livre il y a quelques années, une fois fini je l'ai envoyé à ma meilleure amie qui a aussi des enfants en bas âge et je lui avais marqué un mot qui disait que j'espérais
que l'auteur avait collectionné aussi les anecdotes de ses copines, parce que tout ça pour une seule personne ça fait beaucoup ! Je me rappelle particulièrement qu'elle se faisait belle pour aller
chez le pédiatre, le seul homme à qui elle parlait dans son entourage. Je me suis beaucoup reconnue dans ce livre aussi, mais je pense que ce n'est qu'une étape que tout cela va changer quand les
enfants ne seront plus des bébés. J'ai la chance de temps en temps de me retrouver "seule" à un cours de peinture où ça délire pas mal. Me retrouver seule avec mon mari c'est impossible, quand
c'est le cas, on dort. Sinon, je truc le plus fantaisiste que j'ai fait depuis que je suis maman, c'est ça :
http://pourviolette.canalblog.com/archives/2011/05/24/21214697.html
prise de risque maximum :)

malise 12/04/2013 15:19



Je suis d'accord avec toi, il y a beaucoup de choses extrêmes dans ce livre, notamment je trouve les sentiments qu'elle dit avoir pour ses filles, ou son rapport à la mort. C'est aussi une
executive women, ce que je ne suis plus depuis bien longtemps. Mais tout le reste, ahhh, quel choc! J'espère moi aussi me trouver une activité pour l'abnnée prochaine. En même temps, ça doit
faire 4 ans que je le dis, alors ... Je suis allée voir ton post, ça c'était un vrai truc de fou! Quel courage!!!




Madame Sioux 12/04/2013 11:54

Eh bien tu as raison, moi aussi je me retrouve beaucoup dans tes mots, notamment cette impression d'avoir perdu la capacité à la spontanéité dans le quotidien, a fortiori dans le couple.
L'autre jour encore, je me rappelais que ce qui avait séduit Mr Sioux chez moi, c'était ce qu'il identifiait comme un "petit grain de folie". Et bien ce petit grain, je crois qu'il est parti pour
de bon. Ou alors qu'il aura du mal à refaire surface tant que mes nuits seront hâchées et que j'aurais des enfants en bas âge.
Je crois effectivement qu'il s'est fait écraser par la perte de l'insouciance et par toutes ces choses/responsabilités/questionnements qui tournoient sans cesse dans ma tête de mère de famille, de
gestionnaire de foyer...
Moi aussi j'ai souvent cette impression de jouer avec eux avec un sentiment de devoir accompli. Et parfois (si rarement), je me surprends à rire vraiment de bon coeur aux pitreries de mon fils,
comme si je sortais d'un rôle et que je redevenais "spontanée" justement, et ces moments-là sont magiques. Et je me dis que plus ils grandiront, plus nous pourrons faire ensemble des activités qui
auront davantage d'intérêt pour moi et moins j'aurai à "feindre", je crois...
Le temps nous le dira !

malise 12/04/2013 15:15



J'espère que tu as raison! Là où je te rejoins, et heureusement pour nous, c'est qu'il y a en effet tous ces petits moments magiques que seuls les enfants sont capables de nous faire vivre. Les
parties de chatouilles, leurs réparties, et tous leurs progrès insignifiants qui font pourtant notre fierté. Quand la fatigue ne sera plus là, alors il ne restera que ces moments-là si parfaits.
Un jour, peut-être ...



Présentation

  • : Mes enfants, mon blog, ... et moi
  • Mes enfants, mon blog, ... et moi
  • : Une fenêtre sur ma vie, une porte ouverte sur mes bonheurs, un accès à mes pensées, un passage vers mes humeurs ... Bienvenue chez moi, vous êtes chez vous !
  • Contact

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Merci aux    personnes qui m'ont rendu visite depuis le 22 mars 2012.

Archives

Le blog a déménagé

Ce blog n'est plus mis-à-jour depuis le 07 janvier 2014.

Pour connaître la suite de nos aventures, rendez-vous ici :

http://malise.net

Pour me suivre ...

Suivez-moi sur Hellocoton

http://1.bp.blogspot.com/-Et-LOTl6kGM/T_bMWoVqx4I/AAAAAAAAAQ8/IXHLA99IwiY/s170/fb.png
http://fr.locita.com/wp-content/uploads/2013/03/instagram-application-mobile-photo4.jpg

Le swap du nain : j'en suis!

 

Saturnain

Parfois je suis là, aussi :

macaron-redactrices-turquoise-300px

macaron (2)