Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 14:47

 

Ce n'est pas la première fois que je vous parle ici de mon amour pour la lecture, qui me transforme parfois en véritable boulimique de livres. Même si je n'ai en définitive que très peu de temps à leur consacrer (merci mon blog qui a transformé mes déjeuners-lecture de livres en déjeuners-écriture-lectures de blogs), je profite de mes trajets quotidiens en train pour en dévorer le plus possible. Et comme je ne suis pas du tout sectaire dans mes choix, je lis un peu de tout et de rien, et toujours avec plaisir.

 

Enfin, je dis toujours, mais j'aurais du rajouter "d'une manière générale". Parce que pour la première fois dans ma longue carrière de dévoreuse de romans, je suis tombée sur un os tellement sec que je m'y suis cassée les dents.

 

Dans le cadre des matchs de la rentrée littéraire organisés par PriceMinister-Ranuken, j'ai eu la plaisir d'être marrainée par la très gentille Sylvie du blog Le coin des voyageurs.

 

La liste des nominés de la rentrée littéraire 2013 était très alléchante, et comme Nancy Huston fait partie des auteurs que je veux découvrir depuis longtemps, je n'ai pas trop hésité à jeter mon dévolu sur son roman.

 

Et j'avoue honteusement que j'aurais mieux fait de m'abstenir, car il est le seul roman que j'ai ouvert, puis refermé sans être parvenue à la fin. Pourtant je me suis accrochée voyez-vous, j'ai essayé de tenir bon. Mais au bout de cinq tentatives (oui, cinq, je suis tenace) complètement infructueuses, j'ai laissé tomber avant de sombrer dans un coma provoqué par l'ennui.

 

Pourtant le pitch semblait prometteur :

"Sur un lit d’hôpital, Milo s’éteint lentement. À son chevet, le réalisateur new-yorkais Paul Schwarz rêve d’un ultime projet commun : un film qu’ils écriraient ensemble à partir de l’incroyable parcours de Milo. Dans un grand mouvement musical pour chanter ses origines d’abord effacées puis peu à peu recomposées, ce film suivrait trois lignes de vie qui, traversant guerres et exils, invasions et résistances, nous plongeraient dans la tension insoluble entre le Vieux et le Nouveau Monde, le besoin de transmission et le rêve de recommencement.

Du début du XXe siècle à nos jours, de l’Irlande au Canada, de la chambre sordide d’une prostituée indienne aux rythmes lancinants de la capoeira brésilienne, d’un hôpital catholique québécois aux soirées prestigieuses de New York, cette histoire d’amour et de renoncement est habitée d’un bout à l’autre par le bruissement des langues et l’engagement des coeurs. Film ou roman, roman d’un film, Danse noire est l’oeuvre totale, libre et accomplie d’une romancière au sommet de son art."

 

Le roman est tourné d'une manière assez particulière : la vie du personnage central, Milo Noirlac, un ancien réalisateur en train de vivre ses derniers instants dans un lit d'hôpital, est mise en scène par son compagnon Paul Schwartz. Tout est vu à travers ses yeux, comme s'il tournait les scènes d'un film. Il imagine les lumières, les décors, les héros, et raconte leurs histoires singulières en imaginant comment les mettre en valeur, créer le suspens ou apporter sympathie ou antipathie. Comme s'ils avaient une caméra braquée sur eux.

 

Très vite, les vies et les époques se mêlent, se mélangent, les personnages déboulent sans crier gare. On ne sait plus qui est qui, qui fait quoi. On passe de Milo à sa mère Awinita, une jeune femme indienne venue se prostituer à Montréal, puis à son grand-père Neil, immigré d'origine irlandaise.

Je ne crains pas particulièrement les romans complexes, j'ai eu ma période Dostoïevski et Boulgakov, et pourtant je me suis retrouvée noyée dans des détails et des récits auxquels je n'ai pas réussi à trouver de sens, et encore moins d'intérêt.

 

J'ai trouvé le style ampoulé, le rythme décousu, les personnages sans attraits. L'ambiance est lourde, limite glauque.

Ajoutez à cela le fait que tous les dialogues sont en anglais (avec la traduction en pied de page), et vous obtenez un roman particulièrement difficile à lire, dans lequel je n'ai absolument pas réussi à entrer.

 

Etant parrainée, j'avais la possibilité de ne pas écrire de critique. Mais par curiosité je suis allée faire quelques recherches, et j'en ai trouvée certaines de tellement dithyrambiques que j'ai eu envie de rétablir l'équilibre en donnant mon point de vue de lectrice du dimanche.

 

Alors voilà, si vous l'avez lu et que vous avez aimé, je suis curieuse de connaître votre version.

 

Pour ma part, je lui attribue la note de 7/20, et je pense que je ne pousserai pas le masochisme à lire d'autres romans de Nancy Huston. Dommage.

 

Merci à PriceMinister pour l'envoi de ce livre, je suis ravie d'avoir eu l'opportunité de donner mon avis, même s'il est très loin d'être positif!

 

Danse-noire-Nancy-Huston.jpg

Photo d'aussi mauvaise qualité que le roman ...

Oups, pardon!

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

 

badge mapage hellocoton 125x25 white

Repost 0
2 novembre 2013 6 02 /11 /novembre /2013 18:18

 

En ce milieu de loooong we, pour celles qui ne sont pas hyper connectées ou qui reviennent d'un fabuleux séjour en amoureux sur une île déserte (on peut toujours rêver!), voici le petit bijou qui circule sur le net de ces derniers jours ...

 

Enjoy!!! 

 

Vous auriez pu continuer à chanter vous ?
Allez, bonne fin de we!
  Rendez-vous sur Hellocoton !

 

badge mapage hellocoton 125x25 white

Repost 0
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 14:48

 

Bien bien bien. Voilà plusieurs jours déjà que ce sujet me brule les doigts, mais je ne sais pas trop comment le tourner pour éviter d'être mal comprise et de me recevoir des pavés d'indignation dans la figure ...

 

Vous me connaissez, je n'ai pas particulièrement pour habitude de ruer dans les brancards. Je suis ce qu'on appelle un bon petit soldat, bien propre sur elle, pas un cheveux qui dépasse. J'ai une maison, un monospace, 2 enfants 1/2 (si si, vu l'attitude de mon fils, j'ai parfois l'impression d'avoir plus de 2 enfants), un job de rêve dans une multinationale qui respecte scrupuleusement la parité mon oeil, 5 semaines de congés par an, et des RTT que je prends pour garder les enfants malades.

 

Chose extraordinaire, j'ai un blog, une ouverture sur le monde, une tribune où m'exprimer. Et même si je suis sensible à ce qui se passe autour de moi, même si je m'informe, j'ai très souvent un avis mais je le donne rarement.

 

J'aurais pu vous parler de choses vraiment importantes et faire un blog mode, mais il se trouve que j'ai encore dans mon armoire des fringues achetées il y a 15 ans. J'aurais pu faire un blog beauté, mais j'ai tendance à avoir le sourcil en friche depuis ... tiens, 4 ans, comme c'est étrange, et surtout je ne peux pas voir ma trombine en peinture. Alors de là à vous expliquer comment avoir une peau saine dans un corps sain ...

 

J'ai donc choisi d'exprimer mes humeurs mamanesques, de vous parler de me, myself and I, et accessoirement pour ne pas faire trop mégalo, de mes 2 monstrouilles sans qui je ne serais pas là - clap clap clap - merci à vous!

 

Je sais que je rate régulièrement des occasions de vous montrer le vrai dedans de moi. Non pas à quel point ma vésicule biliaire part en vrille (saleté), mais juste que je ne suis pas aussi policée que je voudrais bien le montrer, et que parfois, aussi, je réfléchis et je regarde l'actualité bien en face. C'est donc comme ça que j'ai complètement oublié de vous parler de De Caunes au Grand Journal. Ou de la nouvelle moumoute de Pujadas. Ou de la crédibilité de notre cher Président parfaitement proportionnelle à la courbe de poids de sa compagne. Ou des (futurs pour nous) nouveaux rythmes scolaires. Autant de sujets passionnants et complètement incontournables qui sont de toute manière abordés avec beaucoup de talent par des gens bien plus compétents que moi.

 

Bref, je m'égare ... Tout ça pour vous dire qu'il y a des choses qui me touchent, et que je suis la première à être fascinée par les personnes qui osent s'engager et clamer haut et fort leurs revendications.

 

Je vous parle souvent du cancer par ici. Vous savez à quel point cette saloperie a détruit une bonne partie de mon insouciance (pour rester politiquement correcte). J'ai pu déverser ma colère bon nombre de fois, et m'épancher auprès de vous les jours de gros spleen. Je vous ai raconté ma Maman, par deux fois (ici et ici), puis mon Papa, par deux fois également ( et ).

 

J'ai relayé des initiatives que j'ai trouvées formidables. Je me suis interrogée lorsqu'Angelina Jolie a médiatisé sa double mastectomie. J'ai été particulièrement touchée lorsque j'ai appris le décès d'une belle personne après 3 ans de lutte.

 

Je me sens concernée, parce que personne n'est à l'abri. Je sais qu'il faut en parler, faire bouger les choses, pour que les mentalités évoluent et que le dépistage ne reste pas une exception mais bien un art de vivre.

 

J'avais déjà été un peu troublée en 2009 lorsque le magazine Marie-Claire avait publié les photos de 10 stars ayant posé les seins nus dans le cadre de la campagne Octobre Rose destinée à promouvoir le dépistage. Idée qui est d'ailleurs reprise année après année par l'association Cancer du sein.

J'ai été interloquée lorsque j'ai entendu parler cette année des buzzs créés sur Facebook depuis 2 ans avec des chaînes assez bizarres. N'ayant pas été concernée, j'avoue que je n'en ai pas compris l'intérêt, mais si vous voulez en savoir plus Sophie Gourion en a très bien parlé.

 

Et puis, de nouveau, j'ai lu un article et vu passer des partages à propos d'un appel à l'étalage de seins nus.

 

Entendons-nous bien, mon propos n'est absolument pas de jouer les pudibondes (ou les vieilles connes, c'est selon), pas de "cachez ce sein que je ne saurais voir". En réalité je m'en fous. Chacun est libre de faire ce qu'il veut, et en vérité pour avoir vu les mozaïques réalisées par Caroline il y a quelques années (mais dans un but différent, l'idée étant alors d'apprendre à accepter son corps)(2009 et 2010), je trouve cela à la fois esthétique et courageux.

 

Je vais même vous dire, cela me dérange tellement peu que j'ai été choquée d'apprendre que Facebook était intervenu pour bloquer certains relais qui n'avaient pourtant rien d'outrageux, alors qu'il laisse circuler des images extrêmement traumatisantes sans aucun problème.

 

Mais, parce qu'il y en a un sinon mon billet n'aurait aucun sens, j'ai beau retourner ça dans ma tête dans tous les sens, je n'arrive pas à comprendre l'intérêt d'une telle démarche.

Sérieusement, en toute franchise, est-ce que voir des seins nus fait que tout d'un coup vous vous mettez à palper les vôtres sous la douche ? Si c'est le cas, vous devez être particulièrement assidue l'été, non ? Et le reste du temps, vous faites comment ?

 

Finalement, pour moi, monter ce genre d'opérations pour mettre en avant l'importance du dépistage, c'est aussi vain que d'avoir créé une "journée de". Genre aujourd'hui par exemple, je suis allée voir, c'est la "journée internationale de la protection de la couche d'ozone". Et ouais! Je t'entends rire toi là au fond! Moi aussi ça me fait bien rire figure-toi. Parce que pour moi le dépistage du cancer, du sein comme de tout autre type de cancer, et bien ce devrait être un peu comme la protection de la couche d'ozone. Une philosophie, une façon d'être. Et je trouve ça hallucinant qu'en 2013 on soit encore obligé de se mettre les seins à l'air pour faire penser à quelque chose d'aussi important.

 

Ceci dit, j'ai quelque chose à vous proposer. Savez-vous que le cancer de la prostate est hélas celui qui touche le plus les hommes. Si nous proposions à une brochette de beaux gosses d'étaler leurs engins dans tous les médias et les réseaux sociaux ? Pensez-vous que cela pousserait nos mâles à aller d'avantage se faire tâter ? D'ailleurs, Ryan, si tu me lis et que tu es d'acccord, j'apprécierais beaucoup d'avoir l'info en avant première (on peut toujours rêver!)(gloussements de dinde).

 

Allez, pour en finir, je vous laisse découvrir ceux qui sont pour moi de vrais magnifiques projets, qui me parlent plus que tout autre (découverts sur plusieurs blogs mais résumés encore une fois par Sophie Gourion ici) :

- The scar project

- The battle we didn't choose

 

Préservez-vous les filles! Prenez-soin de vous, et n'attendez pas uniquement que le mois d'octobre arrive pour le faire ...

 

http://lmcosmetic.fr/blog/wp-content/uploads/2012/10/Espoir-Cancer-du-sein.jpg

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

 

badge mapage hellocoton 125x25 white

Repost 0
15 septembre 2013 7 15 /09 /septembre /2013 14:46

 

... ou comment réussir à mélanger jeunes femmes dénudées, politique, croyances mystiques et théorie du complot, sans tomber dans le mauvais cliché de genre.

 

Grâce à Nathaly de la boutique LuluBoudu dont je vous ai déjà parlé ici, j'ai eu l'opportunité de recevoir ce roman (dédicacé par l'auteur s'il-vous-plaît!), et je l'en remercie ainsi que Monsieur Moradpour, car j'ai réellement passé un très bon moment de dépaysement.

 

En toute honnêteté, je ne suis pas persuadée que c'est le genre de livre que j'aurais choisi spontanément comme lecture de vacances. La couverture noire avec un gros plan du visage de Lénine n'est pas particulièrement attractive, même si elle résume finalement bien le sujet autour duquel l'histoire s'articule (oui, il m'arrive de choisir mes lectures en fonction de la couverture)(non, je ne suis pas qu'une fille qui ne consomme que de la chick lit ).

 

http://www.sowe.fr/wp-content/uploads/2013/06/le-mausol%C3%A9e-moradpour-michalon.jpg

 

Et de l'histoire, parlons-en!

 

Tatiana, l'héroïne, est une très belle jeune femme qui gagne sa vie en dansant dans un Club réputé de Moscou. Nous sommes en 2014, mais la Russie a du mal à effacer les séquelles laissées par des années de communisme. L'argent fait la loi, les inégalités sont croissantes.

Tatiana est courageuse, volontaire. Elle est persuadée depuis qu'elle est enfant qu'une grande destinée l'attend, et elle se donne toutes les chances pour réussir.

Un jour, elle est amenée à répondre aux avances d'un homme d'affaires particulièrement mystérieux, Oleg Bezroukov, dont elle ne tarde pas à tomber amoureuse. Or cet homme va commencer à lui faire part de certaines prédictions catastrophiques qui vont se révélées être exactes, et de fil en aiguille Tatiana va se retrouver entraînée dans une mission des plus périlleuses, liée à la dépouille de Lénine enfermée dans son mausolée de la Place Rouge ...

 

Autant vous le dire tout de suite : j'ai dévoré ce roman. Plutôt rebutée de prime abord par la préface assez indigeste du spécialiste des relations internationales Alexandre Adler, je me suis vite retrouvée captivée par la vie si particulière de la jeune Tatiana. Edouard Moradpour nous dépeint la Russie avec justesse, sans complaisance, et n'hésite pas à axer l'histoire de son roman autour des fléaux qui la gangrènent aujourd'hui : la corruption, la mafia, et la volonté du gouvernement de voir durer des croyances obsolètes pour garder le pouvoir.

 

Je ne vous en dirai pas plus, je n'ai pas envie non plus de vous dévoiler trop de choses. Mais sachez que cette histoire est pleine de rebondissements, parfois rocambolesques mais toujours bien sentis, que vous vous laisserez très vite prendre par le suspens, et que vous en redemanderez certainement comme moi ... tout en cherchant sérieusement s'il n'y aurait pas un gros fond de vérité dans tout cela!

 

Livre offert par l'auteur, merci encore ...

Rendez-vous sur Hellocoton !

 

badge mapage hellocoton 125x25 white

Repost 0
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 14:47

Angélina Jolie a subi une double mastectomie pour prévenir un risque très élevé du cancer des seins et des ovaires.

 

Cette annonce était sur toutes les lèvres et a fait le tour des réseaux sociaux hier (big up à Christine Boutin qui a une nouvelle fois fait preuve de retenue et de délicatesse, comme à son habitude)(c'est quoi déjà le terme politiquement correcte pour vieille truie ?).

 

Angélina Jolie serait porteuse d'un gêne défectueux, qui augmente dramatiquement le risque d'avoir un cancer des seins ou des ovaires. Dans sa tribune du 14 mai dans le New York Times, intitulée "Mon choix médical", elle explique qu'elle avait 87% de chances de développer un cancer du sein, et 50% de chances de développer un cancer des ovaires. Sa propre Mère étant décédée d'un cancer du sein, l'actrice a expliqué son choix de subir une double mastectomie préventive pour préserver sa famille.

 

Je ne vais pas m'étendre d'avantage sur le sujet, tous les journaux ont déjà repris en coeur ses propos dans le journal américain.

 

Je ne ferai pas jouer les violons en répétant les propos de son merveilleux amoureux, et je ne dirai pas que son opération est esthétiquement parfaite et quasi invisible, permettant ainsi aux commentateurs radio de faire des blagues vaseuses sur sa "plastique" (hu hu) idéale, modèle de Lara Croft.

 

http://graphics8.nytimes.com/images/2013/05/14/opinion/0514OPEDcapelli/0514OPEDcapelli-popup.jpg

 

Je crois que je dois être comme à peu près 99% de la population à ce sujet : extrêmement partagée. Est-ce réellement un acte héroïque, un choix qui n'en est pas vraiment un compte tenue de sa déficience génétique, un exemple à suivre et qui permettrait d'éviter bon nombre des décès consécutifs à ce cancer (près de 11 500 en 2011). Ou n'est-ce qu'un acte "stupide" et "hystérique" comme beaucoup l'ont dit, uniquement dicté par une crainte irraisonnée (et facilité par de gros moyens financiers) ?

 

Sauf que voilà, je me sens d'autant plus concernée que ma Mère est décédée d'un cancer. Ce n'était certes pas un cancer du sein, mais mes chances de développer le même cancer qu'elle sont très élevées. Je dois subir chaque année des examens préventifs, qui sont lourds et désagréables. Mais comme il ne peut être question dans mon cas d'une ablation du foie, je dois faire avec.

 

La compagne de mon père est également décédée d'un cancer du foie. Qui était du à des métastases venant des poumons. Qui avaient eux-mêmes été attaqués par des métastases provenant ... des seins. Les deux. L'un après l'autre. En un an, cette femme de 55 ans a subi de la radiothérapie sur chacun de ses seins, puis une opérations des poumons avec chimiothérapie. Et elle est morte.

 

Chez elle aussi, il était apparu que les fameux gènes BRCA1 et BRCA2, qui sont les gènes de la susceptibilité des cancers des seins ou des ovaires, avaient subi des mutations génétiques la prédisposant grandement à ces types de cancers.

 

Pourtant rien ne pouvait lui faire penser que cela était le cas : pas de cancer du sein ni d'autre type de cancers dans sa famille, et elle avait déjà plus de 50 ans (les mutations génétiques sont plus fréquentes chez les femmes qu développent un cancer jeunes).

 

Aurait-elle pu être sauvée si elle avait découvert ces mutations avant, par une simple prise de sang permettant de réaliser un test de dépistage génétique ? Je ne suis pas sûre que la question soit vraiment là. Je ne pense pas que le commun des mortels (pas Angélina, donc) réagirait en se faisant faire une double mastectomie. Mais, ce qui est sûr par contre, c'est elle aurait certainement été plus vigilante, et aurait peut-être fait des examens de contrôle plus régulièrement.

 

Le geste de la comédienne est à mon sens extrême et radical. Il n'est pas à la portée de tout le monde non plus. Subir une telle intervention sous le couvert d'un simple "et si" est un geste à la fois courageux et paranoïaque. Angélina Jolie est devenue l'incarnation du proverbe "mieux vaut prévenir que guérir".

 

Mais il est aussi plein de sens. Il donne à réfléchir sur la place de la prévention dans notre système médical. Il met en avant le nombre encore élevé de décès malgré les progrès des traitements. Il montre qu'une femme qui a du subir une ablation des seins n'en reste pas moins une femme à part entière, avec sa féminité intacte.

 

Reste une question : que ferais-je, si j'étais confrontée au même dilemne ?

 

Et vous, que feriez-vous ?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

 

badge mapage hellocoton 125x25 white

Repost 0
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 14:46

Il y a des chansons qui me touchent tellement que lorsque je les découvre je me mets à les écouter en boucle. Vous savez, ce sont ces chansons qui vous font frissonner lorsque vous les entendez pour la première fois. Celles qui vous transportent et vous racontent une histoire. Celles qui parlent de vous, de votre vie, et qui vous ramènent à votre parcours sans que vous vous y attendiez vraiment. Celles qui vous mettent les larmes aux yeux ou qui vous font sourire, et dont vous gardez des bribes de paroles en tête bien longtemps après que la musique ait cessé.

 

La chanson "Les Anciens" du Groupe Tryo est ma dernière en date.

 

Il ne me reste qu'une Grand-Mère, et elle va avoir 89 ans. Avec nos déménagements, l'arrivée des enfants, je ne l'ai pas vue plus d'une ou deux fois par an ces dernières années.

 

Elle est tout ce qu'il me reste de ma Mère, en réalité. Elle est la seule détentrice du passé, des petites histoires de ma famille, des anecdotes d'enfance, et de son propre vécu, tout simplement. Et tous ces souvenirs sont en train de s'effacer avec sa mémoire.

 

"Laissez parler un peu les Anciens

Et regardez le creux de leurs mains

Les lignes tracées, par ce long destin

Nous laissent deviner, une vie bien menée ..."

 

J'ai mis très longtemps à m'intéresser à sa vie. Bien trop longtemps je crois. Si bien qu'au final je n'en sais pas grand chose. Plus le temps passe, et plus j'éprouve ce manque de savoir comment pouvaient être ses parents, comment elle était quand elle était petite fille, quelle était sa vie.

 

C'était comment avant ?

 

Ma Grand-Mère a vécu deux guerres. Elle a connu les anciens francs, les nouveaux francs, les euros. Elle a vu l'Europe se construire. Elle a grandi avec l'apparition de nouveaux moyens de transport et de communication. Et elle s'est adaptée, comme tous ceux de sa génération. Je trouve ça tellement incroyable quand je regarde ce qui m'entoure. Quand je me dis que je suis en train de raconter ma vie à un ordinateur, et qu'elle pourra être lue par quiconque en aura envie. Quand je vois mes enfants être comme des poissons dans l'eau dans leur environnement numérique.

 

Je sais qu'elle a rencontré mon Grand-Père juste avant la guerre, parce qu'ils travaillaient dans la même usine. Je sais qu'elle est tombée enceinte de ma Mère avant d'être mariée, sacrilège suprême qui lui a valu un mariage à la sauvette, et d'être mise au banc de la société pendant très longtemps. Je sais qu'elle a vu sa meilleure amie mourir sous ses yeux, écrasée par un char allemand. Qu'elle a connu la vraie faim, et la peur de mourir. Qu'elle a travaillé sur des métiers à tisser douze heures d'affilée, sept jours sur sept, pendant des années. Qu'elle y a laissé un doigt.

 

Qu'elle était une femme douce mais sévère, comme souvent à cette époque-là.

 

Je sais grâce à elle ce qu'est une vraie femme forte. Parce qu'elle en est une. Sa vie a été difficile, faite de privations et de sacrifices. Mais elle a toujours su garder la tête haute et rester optimiste, quoiqu'il arrive.

 

La même année, elle a perdu sa fille et l'homme de sa vie, le seul. Mais elle a continué à avancer, s'est mise à voyager pour ne pas rester seule. Elle est une survivante.

 

Maintenant que je suis Maman, je me pose beaucoup de questions sur l'enfance de ma Mère et sur ma propre petite enfance. Sans n'avoir plus personne pour m'aider à trouver des réponses.

 

Nos Grands-Parents, nos Parents, sont les gardiens de notre mémoire. Il ne faut pas l'oublier. Eux-seuls détiennent les clés des armures que nous nous sommes créées en grandissant.

 

Et c'est à nous que revient ce beau flambeau. Celui de transmettre notre passé à nos enfants, pour que les générations futures se souviennent à leur tour. Pour qu'ils ne voient pas leurs ancêtres comme des petits vieux qui n'ont rien à leur apprendre, mais bien comme des hommes et des femmes qui ont vécu eux aussi une vie bien remplie.

 

http://rubyolive.com.au/images/blog/old%20quote%20via%20we%20heart%20it_New.jpg

 

J'ai entendu parler il y a peu d'une formidable initiative. Des jeunes en service civil volontaire, ayant entre 18 et 25 ans, sont missionnés auprès de maisons de retraite, de foyers logements, d'hôpitaux, ou de centres sociaux. Leur objectif est de sortir les personnes âgées de leur isolement certes, mais aussi de proposer des activités intergénérationnelles telle que l'organisation d'une vaste collecte de mémoire. Ce sont eux, les passeurs de mémoire.

 

Je trouve cette idée merveilleuse. Permettre ainsi à nos Anciens de s'exprimer, et garder une trace de leurs souvenirs. Reconnaître leur valeur, et apprécier leur présence.

 

Ne pas les oublier, parce que désormais, il ne se passe pas un jour sans qu'eux ne pensent à nous.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

 

badge mapage hellocoton 125x25 white

Repost 0
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 14:14

En Février, le mois de la BD, PriceMinister a proposé aux blogueurs de faire la critique d’une oeuvre de la Sélection Officielle du Festival D’Angoulême, dans le cadre d'une opération intitulée "La BD fait son festival".

 

Après pas mal d'hésitations tant le choix était varié, j'ai choisi de découvrir la BD de Marion Montaigne "Tu mourras moins bête - Quoi de neuf, Docteur Moustache" Tome 2 : 

  http://blog.espritbd.fr/wp-content/uploads/2012/09/Tu-Mourras-Moins-B%C3%AAte-Tome-2.jpg

 

Le professeur Moustache, jeune femme de son état comme son nom (et son physique) ne l'indiquent pas, je le connaissais déjà grâce au blog dont la BD tire son titre (http://tumourrasmoinsbete.blogspot.fr/) que je vais lire de temps en temps (oui, il faut avoir du temps devant soi!), et dont j'apprécie l'humour particulièrement grinçant et très premier degré.

 

Un blog destiné à vulgariser, expliquer, désacraliser, tourner en ridicule, voire plus si affinités, pas mal de situations de notre vie, d'évènements publics ou historiques, de personnalités, mais aussi et surtout des questions scientifiques. Bref, un condensé d'humour à l'état pur, avec des dessins pas toujours très fins (dans tous les sens du terme).

 

Pour avoir déjà lu pas mal de livres tirés de blogs, par ailleurs excellents, dont je n'avais sincèrement pas compris la valeur ajoutée, j'ai commencé ce livre avec un oeil relativement critique. Comment démystifier tout ce qui à trait au corps, puisque c'est là le sujet, sans basculer dans le discours scientifique ? Comment parler de sida, de cancer, de décapitation, et autres choses réjouissantes, et donner le sourire  ?

 

Marion Montaigne gagne brillamment le challenge, par l'intermédiaire du professeur Moustache, grâce à un mélange réussi de dessins loufoques et de dialogues très terre-à-terre (entendez parfois un peu crados). Si vous cherchez des histoires en dessous de la ceinture, ne vous inquiétez pas, cela ne manque pas. Comme dit l'auteure, "c'est pour booster l'audimat"! Très premier degré, je vous rappelle!

 

Je dois vous avouer que j'ai lu le livre dans le train, et que je me suis marrée comme une baleine sur certaines chutes. Homme ou femme, personne n'est épargné. Pas plus que les scientifiques, les politiques, ou les intellectuels.

 

Allez, pour vous donner envie et que vous vous fassiez une idée, quelques chapitres au hasard :

- Comment baiser comme une bête

- Comment ça marche, les rêves

- Est-ce qu'une tête fraîchement décapitée vit encore un peu

- Peut-on opérer en apesanteur

- Le dopage

 

Et pour ce qui est de l'intérêt du livre par rapport au blog, je dirais que du coup vous avez sur 250 pages (quand même!) un gros échantillon de planches traitant du même sujet. Moins varié peut-être, mais aussi moins fouilli, du coup. Et vous pouvez l'avoir avec vous partout ... Apparemment le tome 1 parlait du cinéma, ça m'a bien donné envie de le découvrir aussi.

 

Ce qui pourrait faire que vous n'aimiez pas ce livre : les dessins, peut-être, assez mal dégrossis, parfois un peu brouillons. Mais auxquels on s'habitue relativement vite. Ou alors si vous êtes hypocondriaques ou paranos, parce qu'on découvre et on apprend quand même pas mal de choses assez peu ... glamours!

 

http://www.professeurcyclope.fr/tl_files/professeur-cyclope/images-contenu/portraits-auteurs/slides-auteurs/slide-montaigne/slide-montaigne-01.jpg

Un petit exemple ...

 

Un livre que je recommande, donc, si vous voulez passer un bon moment de rigolade. Je lui donne la note de 15/20.

Merci à PriceMinister de m'avoir donné la possibilité de découvrir cette BD!

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 14:13

En lisant l'article de Sophie Gourion ("Jeu d'écriture à partir d'un incipit"), j'ai eu envie de me lancer moi aussi et de tenter cette nouvelle aventure rédactionnelle.

 

Il s'agit donc de partir d'un incipit (première phrase d'un livre) pour écrire un texte.

 

La voici : "Le camion avance" (incipit du livre de Jacques Lanzmann "Le dieu des papillons").

 

Le camion avance, et je me dis qu'il va bien falloir que j'avance aussi. Des années que je n'avais pas repris ma voiture, et voilà que je me décide à reconduire justement aujourd'hui. L'esprit est une drôle de chose, quand même. Une fois que je me suis mis quelque chose en tête, impossible d'en démordre. Têtue moi ? Non non, c'est juste que j'en ai besoin, de tous ces trucs que je viens d'acheter, et pour une fois que j'avais l'occasion de le faire, je n'allais pas m'en priver! Je suis partie tôt, pourtant, mais c'est vrai que j'ai un peu traîné dans les rayons ... Et si c'était une fille ? C'est trop mignon, quand même, tous ces minis vêtements pour les nanas, comparé au bleu/noir/beige des garçons ... Et si c'était un garçon ? Bah, on verra bien ... Un autre petit gars, ça peut être bien aussi. Une heure déjà qu'on est coincés ici, j'ai du faire à peine un kilomètre depuis la sortie du magasin. Si je ne m'étais pas arrêtée, je serais déjà rentrée à l'heure qu'il est. Bien entendu, c'est aussi le jour où j'ai oublié mon portable! La météo l'avait bien annoncé pourtant, mais comme ils se trompent la plupart du temps, ou alors qu'ils dramatisent la situation pour inciter les gens à ne pas sortir, je n'ai pas hésité bien longtemps. Finalement, ça a du bon d'être coincée ici. Il a été bien sympa ce chauffeur quand même, à me laisser son téléphone pour que je puisse prévenir François. J'espère qu'il va mieux s'en sortir que moi et réussir à aller récupérer le petit à temps! Quel temps! Il est tombé presque dix centimètres de neige depuis le début de l'après-midi, et moi, sans pneus adéquats, me voilà bien partie! La route habituelle est bloquée, il va bien falloir que je trouve une autre solution si je ne veux pas passer la nuit dans ma voiture. Pourquoi est-ce que je n'ai pas de GPS ?! Pourquoi est-ce que j'ai oublié mon téléphone ?! Ah il est beau, le vingt et unième siècle, on ne sait plus rien faire sans aide technologique! Comment ils faisaient avant, quand ils se perdaient ou quand ils arrivaient en retard ? Et en plus je n'ai rien à manger ... Le coffre est plein, mais je n'ai rien à manger ... Il commence à en avoir assez là, le petit bidule dans mon ventre. Je le sens qui cabriole et qui me donne des coups, pour que j'arrête de traîner. Tu verras bien, mon petit loup, comme c'est beau un jour de neige. J'ai hâte de te voir sur une luge, et de te faire découvrir tout ça. Allez, mon petit loup, le camion avance, alors je vais avancer aussi ...

 

http://data.whicdn.com/images/4369714/tumblr_l84sliQTWO1qzj51vo1_500_large.jpg

 

Et voilà, un nouveau petit jeu qui m'a bien amusée ...

 

Et au cas où vous vous poseriez la question ... oui, c'est du vécu! Je suis restée bloquée quatre heures!!!

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 14:10

... ou la description terrible d'un monde dans lequel toute identité personnelle serait niée.

 

Alors qu'il attend que viennent à lui d'anciens compagnons d'armes ayant pour mission de l'éliminer, le narrateur entreprend d'enregistrer sur un magnétophone le récit incroyable de son existence au sein d'une communauté vivant recluse dans une vallée cachée du fin fond de l'Inde.

 

"J’ai été, un jour, un homme de convictions, volontaire et déterminé. Les autres venaient me consulter pour retrouver un ancrage solide quand leurs cœurs et leurs âmes vacillaient. Un jour…
Aujourd’hui, c’est à l’urgence que je dois faire face."

 

Dans cette confrérie, au nom d'Aoum le Pur d'entre les Purs, leur Maître incontesté, le concept du "Moi" est banni. Les enfants grandissent dans un foyer en suivant des règles de vie très strictes et rudes, basées sur la méditation et l'entraînement du corps et de l'esprit. Tout attachement sentimental est proscrit, les enfants n'ont pas une mais plusieurs Mères et ne connaissent d'ailleurs pas celle qui leur a donné vie, et ne peuvent créer entre eux des liens d'amitié.

 

A l'âge de seize ans, leur prénom leur est retiré au profit d'un code, et leur visage est recouvert d'un masque appelé l'effigie.

 

Karna, devenu X470, va alors tout faire pour réaliser l'objectif de sa vie, celui de devenir un wafadar, un guerrier reconnu au service des préceptes d'Aoum. Grâce à sa volonté, son respect des règles, sa foi totale en ce qu'il est persuadé être la vérité, son oubli de toute velléité d'individualisme, il parviendra à se hisser jusqu'aux terrasses supérieures, celles auxquelles seuls les plus purs ont accès.

 

Mais à quel prix ?

 

Au nom d'un seul homme, il acceptera tout ce qu'on lui imposera, sans jamais se poser de questions, sans jamais fléchir. L'humiliation, l'asservissement, l'assassinat des plus faibles et des impurs, de ceux qui vivent par-delà la montagne et dont l'esprit a été perverti par tous les vices du monde moderne.

 

Tarun Tejpal a construit son roman de façon très subtile : maniant habilement la plume en alternant récit du passé du narrateur, et description de sa vie présente loin de son ancien rôle de guerrier, il parvient à en faire oublier sa densité. 

Ses descriptions riches et imagées nous plongent directement au coeur de cette confrérie, nous amènent à en comprendre l'idéologie et le raisonnement de façon à ce que nous regardions les évènements sans vraiment en mesurer la portée. Tout comme le narrateur, nous acceptons les exactions commises au nom de Aoum comme étant naturelles et dans l'ordre des choses. Comme lui, nous nous retrouvons enrôlés, et ne voyons plus la perversion mais la poursuite d'un idéal. Jusqu'au moment où nos yeux s'ouvrent en même temps que ceux du narrateur, où notre esprit reprend le dessus, et où cette belle fable devient un inventaire d'atrocités.

 

C'est un livre magnifique, réellement, qui se perd un peu parfois dans ses descriptions par trop détaillées, mais qui transporte dans une réalité qui pourrait trouver forme ailleurs qu'en Inde, celle de l'endoctrinement.

 

A lire sans hésiter ...

 

http://static.lexpress.fr/assets/366/poster_187628.jpg

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 14:09

Celles (et celui, huhu) qui me suivent sur HC savent que je n'ai pas vraiment le coeur à la fête aujourd'hui, mais je me suis dit que c'était justement l'occasion de vous parler du super moment que nous avons passé en famille la semaine dernière, grâce au dernier spectacle du Cirque Arlette Gruss.

 

R0012181

 

Tout a commencé en début de semaine dernière par un coup de fil de mon Amoureux :

 

Mon Amoureux : "Dis, il y a un cirque qui s'est installé sur le parking du Supermarché. Mon collègue y est allé ce week-end avec ses enfants, il m'a dit que c'était génial. Tu crois que ça plairait à Loulou ?"

Moi : "Oui, pourquoi pas, je ne sais pas trop ... Je ne suis jamais allée au cirque, donc j'ai du mal à me faire une idée, mais ça doit être chouette, oui!"

Mon Amoureux : "Bon c'est un peu cher et puis ça dure longtemps, mais je suis sûr qu'il va bien aimer les animaux, et les clowns!"

Moi : "Oui allez on y va, steuuuplééééé!"

 

Bon pour être franche, je n'ai pas eu besoin d'insister, il était tout aussi excité que moi!

 

C'est comme ça que nous nous sommes retrouvés sous le chapiteau, pour notre première sortie à trois depuis l'arrivée de la petite soeur (qui elle était gardée par sa Mamie, plus que ravie de l'aubaine).

 

R0012182

 

Voici comment le show est présenté sur le prospectus :

 

"LE SPECTACLE 2012 ... LE TOUR QUI VAUT LE DETOUR!

Le plus prestigieux cirque français vous propose un spectacle haut de gamme défiant toute concurrence. Cette année, Gilbert Gruus métamorphose son art et crée "L'autre monde".

"Arlette Gruss" c'est la qualité et l'originalité pour l'accueil du public et le spectacle.

Trapézistes, équilibristes, clowns, magiciens ... Vous serez envoûté par l'excellence des numéros sélectionnés. Le tout dans une profusion de costumes et de nouvelles musiques jouées par notre orchestre de dix musiciens. Sans oublier les éléphants, chevaux, tigres et autres animaux rarissimes.

Enfin, vous frissonnerez devant les plus folles attractions : la roue infernale et le retour encore plus spectaculaire du globe des motos qui a créé la sensation de l'année 2011.

Un show démesuré comme vous n'en verrez jamais ailleurs."

 

Et bien c'est loin d'être exagéré. Le spectacle était varié, distrayant, enthousiasmant, émouvant, effrayant. Les artistes sont incroyables et épatants. Cela vaut largement le prix payé, et encore plus largement le détour.

 

R0012192

L'orchestre

R0012202


R0012208Un démarrage sur les chapeaux de roue, avec les tigres

R0012215

Le premier équilibriste

R0012222

Les chiens, extrêmement drôles

R0012224

L'un des trapézistes

R0012232La contorsionniste, magnifique

Cirque-Gruss 0520


Cirque-Gruss 0521


Cirque-Gruss 0523


Cirque-Gruss 0524


Cirque-Gruss 0527

Les éléphants. Je n'ai pas réussi à ne sélectionner

qu'une photo, tellement c'était génial!

 

Et puis, l'un des clous du spectacle :

 

Cirque-Gruss 0528


Cirque-Gruss 0529

Le fameux globe des motos, un truc incroyable!

 

Il y avait aussi les chevaux, les illusionnistes, d'autres trapézistes, des clowns, et surtout la spectaculaire Tour infernale, sur laquelle des frères jumeaux font des acrobaties plus risquées les unes que les autres. Demandez à mon Amoureux, je crois qu'il a encore la trace de mes doigts sur sa cuisse!

 

Tout cela dans une profusion de costumes et de musiques. Des dizaines d'artistes, de figurants, de numéros, qui défilent à un rythme effréné pendant près de 2 heures 30 (avec un entracte de 20 minutes).

 

Bien entendu, c'était beaucoup trop long pour mon petit bout de 3 ans presque et demi, qui est resté patiemment sur les genoux de son Père la première partie, puis a préféré escalader les gradins la deuxième (pardon les gens!).

 

R0012187

 

Les clowns étaient franchement bof (mais c'est toujours le cas, non ?), et il n'est pas assez grand pour comprendre tout ce qu'il y a de spectaculaire dans les numéros réalisés par les animaux, mais il nous a dit avoir bien aimé, c'est le principal.

 

Pour info, les prix vont de 34 euros (31 pour les enfants) dans les loges, à 17 euros (13 euros pour les enfants) aux secondes, mais le chapiteau est petit ce qui fait qu'il y a peu de chance que vous soyez mal placé.

 

Peitte précision : la caissière vous demande d'arriver 45 minutes avant le début du spectacle lorsque vous achetez les places, mais ce n'est réellement pas la peine. Sauf si vous voulez aller voir les animaux, ce qui vous coûtera 2 euros supplémentaires (c'est de bonne guerre!).

 

Le cirque à la base, je ne connaissais pas trop. D'ailleurs, jusqu'à ce que j'en parle à mon Père et qu'il me dise que j'avais vu les Frères Fratellini lorsque j'étais petite, je répondais spontanément que je n'y étais jamais allée. Et comme je n'ai jamais regardé Patrick Sébastien sur France 2 (j'avais écrit Antenne 2, c'est vous dire ...), je ne savais pas trop à quoi m'attendre.

 

Et bien j'ai été bluffée, et j'ai adoré.

 

C'est bien simple, le prochain qui passe, je ne veux pas le rater.

 

Et même si je n'ai aucun intérêt à vous dire de faire de même, je vous le recommande chaudement. Pour du spectacle, c'est du spectacle !!!

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0

Présentation

  • : Mes enfants, mon blog, ... et moi
  • Mes enfants, mon blog, ... et moi
  • : Une fenêtre sur ma vie, une porte ouverte sur mes bonheurs, un accès à mes pensées, un passage vers mes humeurs ... Bienvenue chez moi, vous êtes chez vous !
  • Contact

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Merci aux    personnes qui m'ont rendu visite depuis le 22 mars 2012.

Archives

Le blog a déménagé

Ce blog n'est plus mis-à-jour depuis le 07 janvier 2014.

Pour connaître la suite de nos aventures, rendez-vous ici :

http://malise.net

Pour me suivre ...

Suivez-moi sur Hellocoton

http://1.bp.blogspot.com/-Et-LOTl6kGM/T_bMWoVqx4I/AAAAAAAAAQ8/IXHLA99IwiY/s170/fb.png
http://fr.locita.com/wp-content/uploads/2013/03/instagram-application-mobile-photo4.jpg

Le swap du nain : j'en suis!

 

Saturnain

Parfois je suis là, aussi :

macaron-redactrices-turquoise-300px

macaron (2)